[Lettre] à sa fille

Dear Daughter,

I am writing this the day before you are due to be born, during one of the worst pandemics in human history.

I hope that by the time you are old enough to read this, coronavirus and the trouble it caused in the year of 2020 will be a distant memory. But I also thought you might like to know what it was like for your mama, being pregnant with you during this strange time.

This letter will be given to you when you are grown up, so you will understand my state of mind while I was carrying you, and the difficult situations I overcame, with ease or not.

We first found out about you when the world was still mostly normal, in January 2020. It was one of the happiest days of my life, to learn that you were on your way and that your big brother Claude would be getting a sibling.

At the time I had just started a job in sales at an import-export company. I might as well tell you that I was never planning to stay there all my life, import-exporting not being my field, but finding work was quite difficult economically speaking at that time already.

By March 2020 we had started to hear a lot about this mysterious illness caused by a new coronavirus, and we had started worrying about it in the UAE too.

The media was full of news of this deadly virus spreading across the world at lightning speed, and pregnant women were classed as vulnerable – no one was sure what would happen if an expectant woman were to fall sick.

I couldn’t risk catching it, so I decided to keep us both safe by confining myself, and I asked my company for permission to work from home, which I was granted.

The months that followed were very difficult at all levels. Here is a glimpse of what my life was like…

Job losses are not good for anyone’s state of mind and, although your daddy was still able to support us and took great care of us and kept us safe, I still suffered from a lot of anxiety. I had big doubts about my life, wondering, “What am I going to do? How am I going to find work again?”

I tried my best to stay healthy, doing yoga every morning and meditation at least three times a week, but I had to stop the exercises all of a sudden because I blocked my back. It was so painful that I couldn’t walk for some time.

The anxiety got so bad at some points that I had paranoid moments where I saw my life fly in front of me, and I argued with my mother – your grandmother – because she couldn’t take the health risk of flying to the UAE to be here for your birth.

But it wasn’t all bad. In many ways our confinement has changed my world view for the better.

I was aware that all my doubts about my life and job could only lead to negativity, and I knew I could not continue on that road, so I had the idea of working on a personal project that has gradually been taking shape, with the help of your father, who has been behind me all the way.

Towards the end of March the UAE locked down almost completely, bringing all kinds of social interactions between families and friends to a total standstill.

But, although we were physically apart and not able to travel due to the virus, I found that the digital world opened up instead. Using video chats and email I ended up getting very close to my girlfriends in France, and I got close to my girlfriends in Abu Dhabi too.

I even got closer to some of my family members. I focused on meditation every day. In many ways, I found myself.

It was a difficult time for everyone, but I was there for many of my friends when they needed me, while many of them were there for me too. My aunt, who is based in the UAE, became my mentor, giving me advice on some important topics.

I became wiser, I think.

I paid attention to what I eat, keeping it healthy for both of us.

I also used this time off from work to focus on your brother, and I taught him to feed himself like a big boy, how to scrub himself in the shower and brush his own teeth. We had so much fun. I even bought him a rabbit to keep him company during the lockdown, and I taught him the names of all the farm animals in French. I played with him and gave him a lot of time, love, laughter and joy.

I learnt how to cook new dishes, and took good care of my family as well as myself, while your daddy took great care of all of us in return.

I gave all the love I could to the people around me.

I have always wanted two children, to be close to each other, which is what I wish for you and your brother.

During this difficult time I have realized that family is everything,

As I wait eagerly for you to be born, I’m now working on my own project in parallel, with plans to run my own business.

I have learnt so much and I hope that you will be proud of me one day.

The most important thing I want you to know is that I love you. You are loved. Your brother and you will always be loved.

Mummy.

Muriel Al Kache Cressot is a French expat living in Abu Dhabi with her husband and little boy. She is due to have a Caesarean section on 14 September 2020.


[Impact] Jordanie

SOCIAL IMPACT

C’est une belle histoire de générosité qui a pris graine auprès de deux femmes en Jordanie Agnès Aistleitner et Raneem Meqbel.

En 2016, la crise des réfugiés commence et la cofondatrice Agnès ne reste pas passive, loin de là, et souhaite contribuer à l’amélioration de la situation des réfugiés syriens et des femmes jordaniennes dans la région du nord de la Jordanie et crée TEENAH.

 

C’est un modèle basé sur l’impact

Le projet prend forme et en 2017, Teenah a constitué une équipe très motivée et créative de 15 réfugiées syriennes et femmes jordaniennes dont la situation de vie s’est remarquablement améliorée grâce à un modèle d’entreprise durable.

Inspirantes, elles sont convaincues que leur modèle d’entreprise peut contribuer à résoudre les problèmes les plus urgents au monde.

Leur objectif est d’offrir de réelles opportunités aux femmes et à leurs familles, tout en renforçant les capacités de production dans les zones rurales de Jordanie et en offrant des emplois durables parallèlement à une formation appropriée.

 

Du soutien collaboratif

S’en suivront de grands supporters qui ont joué un rôle crucial dans la croissance de Teenah.org.

L’UNICEF en Jordanie, a fourni des ressources économiques pour la création de plus d’emplois et l’amélioration de leur capacité de production.

Shamal Start, un incubateur de start-up jordanien, a offert à Teenah ses installations à des fins d’exploitation, ainsi que le monitorat.

 

Environnement, éthique et durable

Elles ne pouvaient pas avoir un impact positif si toute la chaîne n’était pas contrôlée. Le choix des produits de qualité, des fournisseurs respectueux de l’environnement. Tout cela, dans le but de réduire l’empreinte carbone et l’impact environnemental de nos activités de fabrication, de respect de normes éthique.

 

Des thèmes solidaires

Du sac « sending you a hug », « I survived quarantine » au sac solidaires incluant des produits de premières nécessite « d’hygiène  » pour les femmes libanaises touchées par l’explosion, ou au sacs personnalisables pour les entreprises, le site est une jolie vitrine de la créativité de ces femmes et de cette initiative.

site internet: https://teenah.org/


[Sénégal] Fatou Sagna Sow

Entretien avec FATOU SAGNA SOW

Née à Paris et de nationalité franco-sénégalaise, ayant eu un parcours au sein d’une grande banque française, vous avez un jour décidé de revenir dans votre pays d’origine, le Sénégal.

Vous êtes aujourd’hui une femme engagée, collaboratrice au sein du Conseil Economique, Social et Environnemental du Sénégal (CESE), œuvrant pour l’amélioration de la vie économique des sénégalais.  Quel est votre parcours et votre rôle au sein du CESE ?

Je suis Diplômée en droit des affaires, et en droit comparé à Paris, en Droit du Multimédia et des Systèmes d’Information à Strasbourg ainsi que du Mastère Spécialisé Manager Telecom de l’Institut Mines Telecom. Je suis candidate au programme de l’Executive MBA de l’University of Chicago’s Booth School of Business ; formation qui se déroule sur trois continents ; respectivement sur les campus de Chicago, de Londres et de Hong-Kong.

Après plusieurs expériences professionnelles en cabinet d’avocats parisiens spécialisés en droit du multimédia et des systèmes d’information et un passage au département juridique du groupe BNP Paribas, j’ai intégré, en 2008, la direction juridique du groupe Société Générale comme Juriste senior marchés financiers au sein de la banque de financement et d’investissement du groupe. J’ai fini par rejoindre le cabinet du General Counsel de la banque en tant que Group Legal Knowledge Manager. Avant de quitter le monde de la banque en fin 2015.

Passionnée de politique, de 2000 à 2007 j’ai intégré puis coordonné la section île de France du parti politique sénégalais AJ/PADS. Et par la suite j’ai eu le très grand honneur d’être élue conseillère municipale de la ville de Mantes la ville (Les Yvelines) de 2008 à 2014. Un mandat très enrichissant, au plus près des préoccupations quotidiennes des français.

Installée à Dakar depuis septembre 2016, j’ai adhéré au mouvement La République En Marche en janvier 2017. J’ai participé activement à la campagne présidentielle en tant que responsable des comités locaux du pays et j’ai été désignée de mai à décembre 2017 la Référente du mouvement LREM au Sénégal.

De Septembre 2018 a juin 2019, j’ai travaillé en tant que coordinatrice de projets économiques pour le développement : d’une part, le projet Mbao Parc pour lancement d’un parc animalier et de loisir dans la forêt classée de Mbao avec les ONG Enda Graf Sahel & Kinkeliba ; et d’autre part, le projet Hub iiT Sénégal pour le Lancement d’une structure d’appui aux Micros, Petites et Moyennes Entreprises sur secteur Agroalimentaire avec l’AFD et les ONG Tech-Dev & Enda Graf Sahel et en partenariat avec des structures gouvernementales (l’ITA, l’ANRSA, l’ADEPME, l’ES Polytechnique, la DER, le FNDASP).

En août 2019, j’ai été nommée Conseillère Technique de la Présidente du Conseil Economique Social et Environnemental, l’ancien Premier Ministre Dr Aminata TOURE. Dans cette fonction que je suis très honorée d’occuper, j’apporte mon expertise transversale à cette Institution d’aide à la prise de décision et de conseil du pouvoir exécutif sénégalais.

Du fait de ces nombreuses activités politiques et professionnelles je peux aujourd’hui me prévaloir d’un réseau riche notamment au sein du pouvoir exécutif sénégalais et de nombreuses institutions du pays.

 

En tant que Femme, comment voyez-vous le développement des conditions de la femme africaine ?

La femme est un entrepreneur, un leader par nature. De par son rôle central dans la cellule familiale et dans la communauté, elle a développé le sens de l’organisation, de l’écoute, de la négociation et le sens des priorités. Elle a une vision à court, moyen mais également à long terme, ce qui lui permet d’inscrire ses actions dans la durée.

Sur le continent Africain, qu’elle soit vendeuse ambulante, transformatrice, restauratrice, enseignante, chercheuse, économiste, juriste, sociologue…, la femme joue un rôle fondamental dans le développement économique et social. Mais beaucoup ne s’en rendent même pas compte. Il est urgent de valoriser et encourager le leadership féminin.

 

Quels sont selon vous les plus grands challenges au Sénégal ?

Appuyer et donner de la visibilité aux femmes chef d’entreprise et leader. Elles sont le moteur de l’économie et quand elles sont à des postes de responsabilité publique elles obtiennent généralement de bons résultats. La loi sur la parité permet d’avoir une véritable représentativité des femmes pour les postes électifs, il convient de consolider ces acquis.

Appuyer les chercheurs dans tous les domaines, il ne s’agit pas pour le Sénégal de reprendre les solutions d’ailleurs mais de développer ses propres solutions et de trouver ses propres modèles de développement. Des solutions existent déjà, je prends l’exemple du secteur agro-alimentaire, où des techniques endogènes de séchage, de transformation, de conditionnement existent, le challenge est la mise à l’échelle de ces techniques par l’information technologique. Les savoirs-faires locaux existent, il convient de les mettre au cœur de nos stratégies de développement plutôt que d’aller chercher des solutions ailleurs.

 

Quels conseils pourriez-vous transmettre aux femmes ?

Développer leur leadership, leur réseau et leur solidarité. Sachons également susciter des vocations chez les plus jeunes en leur montrant des parcours, en illustrant la réussite des femmes. Il faut percer le plafond de verre.

 

Comment alliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

J’ai toujours recherché la meilleure articulation possible entre vie personnelle / vie professionnelle/vie politique et associative/pratique sportive. C’est un équilibre dont le centre de gravité évolue en fonction des priorités du moment et de mon environnement, il faut s’adapter.

Mes fonctions de Conseillère Technique sont passionnantes et très prenantes, avec des nombreux rendez-vous extérieurs ou des missions de représentation parfois même le week-end. Donc je me fais aider pour les tâches ménagères et pour la garde de mes enfants, mais je tiens à rester présente pour mes deux jumeaux de 10 ans. Les soirs et le week-end je prends le temps de regarder les activités de la semaine et je participe à la vie de l’école, depuis 2016 ; en étant que représentante de parents d’élèves siégeant au Conseil d’Ecole.

 

Avez-vous des passions que vous souhaitez nous partager ?

J’ai tout d’abord une véritable passion pour les Nouvelles technologies. Leur caractère transversal les rend incontournables. Je pense qu’elles sont une chance pour le continent Africain, car elles permettent de produire et de développer des services avec un minimum d’infrastructure : souvent une simple connexion internet et un téléphone suffisent. Désormais on ne consomme, vend, se forme, s’informe, se distrait, communique… plus tout à fait de la même manière. La révolution numérique est passée par là, et ce n’est qu’un début !

Mon autre grande passion est, vous l’aurez compris, la Politique.

Celle avec un grand « p », celle qui fait bouger les choses et qui accompagne les concitoyens dans les la gestion du quotidien. Celle qui suscite l’entrepreneuriat féminin, celle qui met en place des projets de développement ambitieux et innovants, celle qui met des ponts entre les peuples du monde entier.

 

Un jour, un de mes responsables à la Société Générale m’a dit que j’étais une grande rêveuse, et c’est le plus beau compliment qu’on puisse me faire. Je suis fondamentalement idéaliste.


[photographe] Liban

Entretien avec Emilie Madi,

au cœur du Liban

Août 2020

Madi, vous êtes photographe d’origine libanaise, vivant à Montréal… quel a été le déclic de revenir au Liban ?

Je venais souvent au Liban mais cette-fois ci je suis arrivée début Octobre pour mon exposition de photo et la révolution a commencé, et depuis!

 

Par rapport aux pays que vous avez parcourus, qu’est-ce qui vous frappe le plus au Liban ? 

Comme d’autres, on a quitté le Liban quand j’avais 10 ans et vécu dans différents pays avant d’atterrir à Montréal pour plusieurs années. Mes parents allaient souvent au Liban et à chaque fois de plus en plus longtemps. Je venais de temps en temps, passé l’été, Noël, etc. Je me posais souvent la question si un jour je m’installerai au Liban.

Arrivée en Octobre pour mon expo, la situation a fait que je ne suis toujours pas partie. Mon vernissage était le 21 octobre et la révolution s’est déclenchée le 17 et sans hésitation, j’ai ressenti la nécessité de prendre ma caméra, documenter les événements et les partager avec le monde.

Cette fois ci c’était différent, j’ai senti qu’on était tous unis, les jeunes, les vieux, toutes les religions, on était tous unis sous un même chapeau, le libanais! J’ai senti que je devais être là, vivre et partager ça, et que je voulais faire partie de ce mouvement/changement.

De tous les pays, il y a toujours une attirance envers le Liban, où que l’on soit, on est affecté par ce qu’il se passe et on se sent impliqué, on ne le quitte jamais en fait. Il y a une histoire, une énergie, et une résilience qu’on ne trouve pas ailleurs, et même après tout ce qu’on a vécu, on vit pleinement et on a la joie de vivre.

Quel message voulez vous faire passer au monde ?

Le Liban et son peuple est l’un des plus résilient que je connaisse et je ne dis pas ça parce que je suis libanaise. Après toutes les guerres et les occupations que le Liban a vécu, il trouve toujours la force de se redresser, de se reconstruire, et d’être un pays que le monde veut visiter et adore.

Comment aider la reconstruction du Liban quel est le plus urgent ?

Pour reconstruire le Liban, l’important est qu’on s’unisse, chacun avec ses forces et ses connaissances, pour petit à petit remettre de l’ordre et un sens de normalité. Il y a plusieurs aspects qui sont aussi important l’un de l’autre dont trouver des logements pour ceux qui n’en ont plus, nourrir le peuple qui ont été touché par la bombe et de plus avec la crise n’avait plus les moyens, et surtout nettoyer et reconstruire l’héritage du Liban.

Voyez vous la Femme libanaise plus forte qu’avant ? Quel message voulez vous faire passer aux femmes ? Voyez vous un changement de mentalité depuis la révolution ?

La femme a toujours été forte et impliquée dans la lutte du peuple. Pendant cette révolution, c’est l’union de toutes ces femmes vers un même but qui a amplifié leur voix. Le message que je voudrais leur passer et de ne pas perdre espoir et de garder leur feu animé.

Le changement politique est indispensable, mais le Pays est basé sur le Confessionalisme et une Grande corruption.

Quel message voulez vous faire passer à la classe politique ? Et à la très grande diaspora libanaise ? Et quelle est la Priorité?

J’ai été témoin et j’ai fait des reportages de plusieurs évènements, quelques-uns magnifique et d’autres atroces. Je préfère ne pas me lancer dans des débats politiques mais j’espère qu’on trouvera une solution pour le Liban sans la corruption habituelle, une où la qualité de vie est plus importante que le besoin de chacun et sans l’avidité des membres du gouvernement existant. J’espère que le peuple n’acceptera plus de vivre comme on a vécu ces dernières 30 années et que le mouvement ne perdra pas de momentum.

Vous avez sorti un livre rassemblant les photos de la révolution en décembre dernier pouvez-vous nous en dire plus ?

Je voulais créer un ouvrage pour commémorer les 55 premiers jours de cette magnifique Révolution, différente de toutes les autres, avec tout le monde uni sous un même drapeau. Un livre que tout le monde pourrait garder chez eux en souvenir de ceux qu’ils ont vécu. Il y avait une énergie à nul autre pareil et pour le symboliser, le livre est réparti en plusieurs thèmes associés à des émotions différentes (la fureur, la femme, l’espoir, la voix, le soulèvement pacifique) .

“Ce livre est une célébration de la flamme qui brûle en chacun de vous et refuse de s’éteindre »

Le photographe nous met le doigt sur ce que nous ne voyons pas ou ne voulons pas voir, vous êtes en tant que photographe, indispensable à la pleine conscience collective,  Comment pouvons-nous  vous soutenir ?

le mieux est de continuer à partager l’info, les images et les vidéos, pour que le monde soit au courant de ce qu’il se passe et que plus rien ne passe inaperçu.

Dernière question…quel est votre cliché favoris du « libanais »?

Qu’on mange tout le temps et que du taouk et du hummus…..

Instagram emiliemadiphotographer


[femme] la covid

La solution pour la covid serait-elle féminine ?

Par Maria Nadolu

Selon l’Académie Française, la Covid est de gendre féminin, car c’est l’acronyme de la maladie corona virus, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. Eh ben, par la suite, dans une logique de projection du donné grammatical vers le potentiel existentiel, la solution pour cette pandémie et ses effets, qui continuent à nous bouleverser, devrait être, elle-aussi, féminine ?

Parmi les dirigeants qui ont réagi le plus efficacement à la pandémie sont des femmes, notamment la danoise Mette Frederiksen, la finlandaise Sanna Marin, l’allemande Angela Merkel, la néo-zélandaise Jacinda Ardern, la norvégienne Erna Solberg et le taïwanais Tsai Ing-wen.

Une pluralité de voix, autant diverses et répandues pour inclure des contributeurs de Forbes magazine, et shamans des Andes et de l’Afrique, indiquent que c’est le moment de considérer une autre manière de s’(auto) gérer – au niveau personnel, communautaire, étatique, planétaire.

Au-delà de toute exercice de style intellectualisant, on détecte une authentique disponibilité de revoir la manière d’être et d’agir. Des groupes de réflexion, des forums spécialisés et la presse internationale ont publié un certain nombre d’articles sur ce sujet. Forbes, 19 avril 2020 : « Pourquoi
les femmes font-elles de si bons leaders pendant COVIDE-19 ?» New York Times, 15 mai : « Pourquoi les nations dirigées par des femmes s’en sortent-elles mieux avec Covide-19 ? » Stanford Medicine (Scope), 12 mai 2020: « Les femmes leaders brillent pendant la pandémie de COVIDE-19 », Economic Times of India, June 4 « Femmes leaders, et influenceurs. Sur les compétences et les mentalités dans un monde post-Covid».

Le post d’Euronews du 12 mai 2020, « le coronavirus montre une fois de plus pourquoi le monde a besoin de femmes décideurs plus fortes » établit des parallèles perspicaces à travers l’arène politique et le monde des affaires, faisant valoir que cinq caractéristiques fondamentales soulignent le fonctionnement des femmes leaders dans les deux domaines. Premièrement, la clarté ; deuxièmement, la détermination ; troisièmement, faire preuve de compassion; quatrième, une communication forte et sans ambiguïté; et enfin, la capacité de faire preuve d’empathie et de solidarité.

Symptomatique dans ce sens, l’article du Grant Freeland senior consultant de Boston Consultant Group, qui reflète une attitude transversale et transcontinentale du moment. «Comme si on ne le savait pas : covid 19 confirme que les femmes font des excellents leaders ». Il note « la vérité est que la pandémie de Covid-19 démontre en temps réel qu’il y a parmi nous des millions de dirigeants hautement accomplis, mais non publicisés, qui ne sont ni des hommes blancs, ni des diplômés de l’école B de l’Ivy League. Alors que les entreprises tentent de se remettre de la catastrophe et recommencent à penser à l’avenir, leurs dirigeants doivent reconnaître qu’il n’est pas nécessaire d’être un « homme d’entreprise», ni même un homme, pour posséder le savoir-faire, les compétences, le tempérament, le courage, l’adaptabilité et l’ingéniosité pour réussir dans ce monde, même dans les circonstances les plus éprouvantes. C’est le cas réel de la diversité et de l’inclusion. »

Quels fils conducteurs dans cette diversité ?
Au niveau macro : pour les environnementalistes, et pour ceux qui ont une vision intégrée de l’univers qu’on cohabite, la covid est interprétée comme un appel de la Mère Terre à fin qu’on revoit le modus operandi, le rythme et l’intensité de nos vies ; aussi bien de comprendre qu’on est tous connectés et que donc le bien être est interdépendant. Que le virus soit une réponse de la biosphère au changement climatique que l’humain a influencé en se précipitant en plein «mode consumation», ou bien le résultat d’une conspiration «made en labo»…il nous est clair que c’est un dérangement dans le système duquel on fait partie … Ce qui permet de faire une pause, et se recadrer, éventuellement… A quelle fin avoir tous les bénéfices d’une forte industrie, si nos enfants n’auront pas suffisamment oxygène à respirer? A quoi il sert glamouriser sur un super yacht, si autour flottent des plastiques et, pas de poissons ? Le thème de réflexion c’est le rapport entre la gestion de nos besoins et richesses, et ceux de notre planète. La question, comment créer un sage équilibre?

Par la suite, au niveau communautaire et / ou étatique, on peut aller un pas plus loin, et questionner même la logique qui a soutenu la dynamo de notre civilisation pendant les dernières centaines d’années … Avec Darwin, on impose une vision du monde ou le plus fort est gagnant, ou les ressources sont finîtes, et on doit imposer nos forces, et fonctionner en pleine compétitivité pour y parvenir …Mais si on changeait la logique du matrix, et on projetait une vision de l’abondance de connexions, de ressources renouvelables qui peuvent être chéries d’une manière équitable? A quel point notre perspective sera transformée ? Aurions-nous une perspective et une action plus inclusives, ou le focus sur le relationnel, la communication, l’intégration deviendront plus importantes ?

Dans un monde ou le plus fort gagne, on doit (se) forcer, même quand on fait semblant. Et de temps en temps on doit faire la guerre…
Focus sur le micro, aussi pointu comme un virus, en parlant de guerre : cette éblouissante expression est apparue dans la crise récente «on fait la guerre au virus» ou bien « le virus est l’ennemi numéro 1». Des formulations similaires se retrouve même dans les déclarations de presse de Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur General de l’Organisation Mondiale de la Sante. Derrière le chef d’organisation mondiale, on pourra soupçonner le petit garçon qui rêve encore faire la guerre avec ses jouets, séduit par les histories impérialistes, mais pas forcément le scientifique ou politique qui, grâce aux études minutieux, a eu la révélation de l’interconnectivité du système immunitaire, de sa capacité évolutive en conséquence des rencontres avec des molécules étrangères spécifiques, de l’importance de son bien être intégré…

Dans le long fleuve de l’histoire les démarches belliqueuses se sont prouvées plutôt perdantes, y compris pour les gagnants. Est-il le temps de changer la logique et au lieu de faire la guerre, construire sur un concept de bien être intégré, suffisamment fort et flexible afin d’intégrer les défis ?

Si considérant l’idée d’interdépendance, on se concentrera sur l’idée d’un système immunitaire optimal, du corps, de la maison, de l’entreprise, de la ville, du pays, de la planète, au point ou tout nouveau venu, peu importe ses intentions de base, sera converti par le billet de ce bien être ? Si au lieu de tendre nos muscles intellectuelles ou physiques, on serait plus à l’écoute et prêt à
communiquer afin que les meilleures solutions se relèvent ?

Les scientifiques ne connaissent pas très bien les caractéristiques de la réponse immunitaire «optimale», mais ils y cherchent… Toutefois, ils savent que le système immunitaire serait en lien, par un système de communication complexe, avec pratiquement toutes les régions du corps. L’attention à la connexion, aux relations d’interdépendance, est en quelque sort, la proposition du leadership féminin. Ce concept, même si codé par rapport aux repères de féminité et masculinité, qui risquent à prendre des nuances spécifiques, selon les cultures dans lesquelles ils se matérialisent, met en avant des idées qui peuvent être utiles, spécialement au temps de bouleversements et crises : axées sur les relations, les intégrations en systèmes, flexibles et humaines, basées sur la communication, la sensibilité, l’intuition font de plus en plus d’adeptes, y compris chez certains de nos homologues masculins.

 

*Maria Nadolu

Chroniqueuse dans Financial Afrik, Maria Nadolu.

Consultant senior en gestion de projet expérimenté avec une expérience démontrée de travail dans l’industrie des relations publiques, des communications et du bien-être.

Professionnelle solide en gestion de programmes et de projets voyageant à travers le monde, passionnée par le yoga, elle apporte à la table son expertise en dialogue interculturel, négociation, gestion d’événements, étude de marché, gestion et leadership. Maria a vécu et travaillé en Europe, dans la région MENA, en Asie du Sud-Est et dans les Amériques. Elle pense que les connexions sont plus importantes que les différences; et construire des ponts avec soi-même, avec la nature et les communautés est le seul moyen de co-créer un meilleur aujourd’hui et de projeter un avenir plus durable.


[cri] de douleur

#prayforbeyrouth 🖤

Deux explosions en plein Beyrouth faisant plus de 100 morts, des milliers de blessés, plus de 300 000 sans domiciles (*selon la Croix rouge libanaise) , 3 milliards de dollars de dommages selon le Gouverneur.

Le Liban vit déjà un désastre économique, sociale et politique. L’inflation a grimpé de 85%, la Livre libanaise a perdu plus de 80% au marché noir, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté est quasiment 1 sur 2…,les frontières sont en émois, les politiques tardent à s’accorder sur les mesures à prendre pour sauver le pays, 17ème réunion pour négocier un prêt au FMI (*source le Monde) .

Et rajoutons socialement les plus d’un million de réfugiés syriens qui survivent dans des conditions misérables.

La survie de la population libanaise passe aussi à travers le soutien de la communauté internationale et de la société civile.

Un bel exemple est Maya Chams Ibrahimchach qui a créé une ONG libanaise Beit el baraka qui vient en aide à plus de 52000 familles à travers un supermarché gratuit, un terrain agricole pour ces familles, le règlement de milliers de factures électricité et eau, etc.

*Maya est aussi une ambassadrice de Sowl Initiative, Sowl Moyen Orient.

Telle une plaie qui ne cicatrise jamais, ce qui arrive perpétuellement au Liban est une douleur, un cri , un appel au secours.

La résilience libanaise est ancrée dans les gènes. Tel un roseau, le Liban courbe mais ne se rompt pas.

#solidarité #Liban

DONS en page principale


[chant] d'espoir

Chant d’espoir

Creuser ! Creuser !
Combien de fossés encore à creuser ?
Karachi ! Karachi !
Pourquoi tuer tes enfants ?
Bêcher ! Bêcher !
Pour enrayer la colère !
Semer, semer !
Les grains de  lumière contre l’obscurantisme.
Arroser ! Arroser !
Pour voir pousser l’espoir et la mémoire.
Une  graine pour chaque vie enlevée !
Un arbre pour chaque militante assassinée ! Pour quel honneur bafoué ?
Sabeen Mahmuud*, Quandeel Balosh!*
Poussez ! Poussez !
Pour rejoindre la lumière.
Karachi deviendras-tu une forêt ?
Combien d’arbres encore à planter, combien de jardins à orner ?
Pour que cesse, enfin, que cesse à jamais  la violence des armes ?
Pour que l’on respire enfin et pour toujours  l’odeur des fleurs, du printemps et de la liberté !

*Sabeen Mahmud

20 juin 1975-24 avril 2015

Sabeen Mahmud est une militante pakistanaise luttant contre l’injustice et la discrimination. Elle est assassinée à Karachi, par deux hommes  cagoulés à un feu rouge,  peu après avoir organisé un événement dans son café « The second floor » contre les violences au Baloutchistan, violences attribuées   à l’armée pakistanaise et leur milices locales. The second floor était un espace d’écoute et de dialogues pour faire naître des changements dans la société Pakistanaise.

 

*Qandil Balosh

1er mars 1990-15 juillet 2016

Qandil Balosh était une activiste, mannequin, actrice, très célèbre sur les réseaux sociaux au Pakistan. Elle parlait régulièrement de sa vie au quotidien et de sujets controversés comme la place de la femme dans la société pakistanaise et du regard porté sur leurs corps. Elle a été assassinée par son frère qui a reconnu l’avoir étranglé pour avoir sali l’honneur de la famille. Au Pakistan les crimes d’honneur sont encore courants.

 

Linda Hassan Ftouni vit à Dakar depuis son enfance. Elle partage son temps entre  sa profession-passion  d’ostéopathe et ses 3 enfants.Son approche énergétique de l’ostéopathie et de la vie, la pousse, depuis quelques années, à voler quelques heures pour son autre passion qu’est l’écriture.


[Art] Cécile Plaisance

Le féminisme doit-il s’opposer à la féminité ?

Entretien avec Cécile Plaisance, une photographe qui met en lumière les femmes dans toute leur féminité, en revendiquant la liberté pour chacune d’entre-elles !

 

Cécile Plaisance, vous commencez une carrière dans la finance pendant 10 ans avec un DEA de Diagnostic d’Entreprises en poche.  Quel a été votre déclic « photo » et votre parcours artistique ?

Un jour, mon mari décide d’entreprendre un changement de cap professionnel et de faire le tour du monde. Je quitte mon métier de courtier interbancaire et le suit avec mon appareil photo en poche. Je développe ma passion pour la photo à travers nos voyages et nos découvertes. Nous finissons par poser nos valises à Bruxelles. S’ensuit une réelle envie de me perfectionner et d’entreprendre une formation de photographie et de Photoshop. Une première expo à la fin de mon cursus avec barbie pour modèle et un « hommage à Helmut Newton » m’ont permis de séduire quelques galeries. Depuis je vis un réel conte de fée…

 

Dans Égalité des chances et genre hommes/femmes : Pensez-vous que les femmes artistes sont moins bien représentées dans l’art ?

J’ai la chance de ne pas ressentir cette discrimination… et certains de mes référents sont des femmes : pour n’en citer que quelques-unes : Nikki Saint-Phale ou Carole Feuerman dans la sculpture, Betina Rheims, Stéphanie Renoma, Ellen Von Unwerth dans la photographie… . Mais les générations passées ont dû certainement connaitre plus de difficultés.

 

L’artiste a-t-il vocation à transmettre un message ? Quel est votre message ?

Mes premiers projets étaient initiés pour le plaisir sans véritable arrière-pensée, avec pour unique but un projet esthétique. Mais très vite il m’a semblé important de délivrer un message. Je pense qu’un artiste à une petite voix qui peut faire avancer certains sujets : mon premier message est donc purement féministe mais au bon sens du terme, c’est-à-dire en essayant de trouver une harmonie dans le couple homme-femme qui puisse bénéficier au deux. Je suis également en opposition avec toute forme de religions car elles sont dictées par un patriarcat qui étouffe les femmes et leur vie.

Cette année, j’ai aussi voulu aborder un autre sujet et parler de notre planète « en danger » et des espèces en voie de disparition. De retour d’Islande et d’Indonésie, où j’ai réalisé mes premiers clichés sous-marins, le Covid19 a stoppé mes voyages et donc ma nouvelle série… mais ce n’est que partie remise…

 

Les femmes sont représentées féminines, attirantes, exubérantes et provocantes, en 2020 la société permet-elle encore ce lâcher prise ?

Si la revendication d’égalité des femmes n’est pas contestable, elles ne doivent pas pour autant renoncer à leur féminité et à leur pouvoir de séduction à travers cette féminité. J’en use et abuse dans mes clichés, tout comme un certain Helmut Newton (mon référent) l’a fait…  Tony Kelly, Pierre & Gilles, La Chapelle sont des artistes inspirants, ainsi que Peter Lindbergh. Tous mettent en avant la féminité des Femmes ! non nous ne devons pas renoncer à notre féminité même en 2020 !

 

Quelle a été votre plus grande réussite ?

Le premier prix décerné par le magazine PHOTO en 2018 avec ma photo « Nun Alex & Baby Dune » Je suis très fière de cette photo. Agnès Grégoire, la directrice du magazine m’a appelé pour me l’annoncer alors que j’étais au Venezuela… Elle voulait un fichier en Haute Résolution en urgence, ce qui n’a pas été simple avec ma connexion internet…

Une autre grande satisfaction a été cette exposition de six mois au St Petersburg Museum of Contemporary Art, ERARTA, en 2019 avec plus de 70 de mes photos. Comme si j’avais déjà une rétrospective au bout de 10 ans….

Ma collaboration avec Bel Air Fine Art est également importante. Nous travaillons main dans la main depuis cinq ans. François Chabanian me conseille et expose mes nouvelles créations. La galerie est présente à travers un réseau de 15 galeries, de Genève à Saint Tropez, en passant par Londres, Miami, Paris, Venise, Beyrouth. Je suis très heureuse de ce partenariat.

 

Si on devait acquérir qu’une pièce, laquelle serait-elle?

« Fuck The rules » photo emblématique de ma Série éponyme 2018, ou la « Nun Alex & baby Dune » gagnante du concours « Photo magazine 2018 ». Mais beaucoup d’autres sont tout aussi puissantes…en fait je ne saurai choisir ! 

 

L’art doit-il être un actif financier ou un vecteur de plaisir ?

Lorsque j’achète des œuvres, personnellement je le fais toujours au « coup de cœur ». En parallèle je comprends que certains y voient un investissement mais pour ma part, je choisis par plaisir.

 

Quels sont vos prochains projets ?

Continuer mes shooting sur le développement durable, la protection de défense de l’environnement, et des espèces en voie de disparition.

Une prochaine exposition en Allemagne à la Fondation Musée Messmer à partir du 25 septembre 2020 jusqu’à la fin de l’année dans la ville de Riegel.

Et une collaboration avec un photographe Américain : David Drebin, dès que nous pourrons voyager à nouveau !

Sur les réseaux vous pouvez la suivre : instagram @cécileplaisance et sur son site internet www.cecileplaisance.com

Bel Air Fine Art info@belairfineart.com  https://www.belairfineart.com/fr/


[Bien-être]femme-oiseau

Une Femme oiseau à Monaco

La période du Covid 19 nous a pointé du doigt, notre fragilité. Fragilité du corps et de l’esprit. Et si maintenant, de retour dans notre quotidien, on prenait de la hauteur comme l’oiseau Garuda pour maintenir ce cap « Mind and Body »…

Entretien avec Gaëlle Bergeal, Coach à Monaco, sur les bienfaits du Garuda

Garuda, l’oiseau? 

Né il y a 11 ans par James D’Silva à Londres, le Garuda fait partie des nouveautés qui ont le vent en poupe pour se faire du bien. Le Garuda fait référence à un oiseau sacré de la mythologie indienne  qui avait la capacité de changer de forme selon ses besoins.

Une approche holistique 

Les dimensions du Garuda sont sentimentales, émotionnelles, spirituelles mais aussi physiques et énergétiques. Cette technique psycho-corporelle permet de se ressourcer rapidement, de booster son immunité, d’avoir confiance en soi et d’optimiser ses challenges.

Mind and Body

La création et la variation des exercices issues du Pilates, de la danse, du yoga et du Tai-Chi facilitent le lien entre corps et esprit. La conscience de chacun des mouvements fait disparaître le stress et permet de décrocher du quotidien. Des exercices de respiration et de visualisation d’images apaisantes permettent d’avoir une pleine conscience de son mouvement et de l’interpréter selon son ressenti. Le travail fluide, dynamique et rythmé des exercices équilibre le flux énergétique entre le corps et l’esprit. Il améliore la coordination gestuelle, la posture et soulage les tensions musculaires.

Les bienfaits du Garuda

Selon Gaëlle Bergeal, qui pratique à Monaco le coaching individuel et collectif mais aussi des cours à distance par vidéo « Les résultats sont frappants. Vous gagnez en force, en endurance, en coordination et en souplesse avec une sensation de réel bien-être. Le Garuda déploie une philosophie différente, le travail cardio-vasculaire se combine avec un travail de l’esprit. Vous retrouvez un corps plus fort et plus mince, en améliorant votre posture, grâce à la conscience de chacun de vos mouvements. »

A qui s’adresse la méthode ?

Activité complète pouvant se pratiquer au sol, à la barre, avec l’équipement Pilates ,des briques ou sur un tabouret, le Garuda allie Yoga,  Pilates,  danse classique et le Tai Chi.

La méthode Garuda est une nouvelle façon de travailler en isolant les groupes musculaires et en transformant chacun de vos mouvements en mouvements cibles, selon les besoins et les capacités précises de chacun.

www.coachingbygaellebergeal.com

 info@gaellebergeal.com


[Femmes] Effet mère

L’effet Mère, un bonheur qui persiste.

« Le maternel, ce n’est pas qu’une mère et un enfant, c’est toute une histoire » l’écrit si bien Dominique Guyomard. Oui, une douce histoire ! Qui n’a ni début, ni milieu, ni fin. Comme dans une mélodie où les temps se chevauchent. L’effet mère n’est pas léger, il dure toute une vie, il voyage au travers de tendres souvenirs, capable de conserver indéfiniment les sensations. Devenons-nous mère le jour de la naissance de notre enfant ? Apprenons-nous à le devenir ? Ou ne l’avons-nous pas toujours été ?

Le 7 Mars 2019 à 4h57, je suis devenue Mère, Maman, pour la première fois. Et pourtant, aujourd’hui, j’ai le profond sentiment de l’avoir toujours été. Pas vous ? Est-ce cela l’effet mère ? 

Je n’oublierai jamais le plaisir instantané que procure cette rencontre que l’on a tant de fois imaginée, pendant laquelle le temps est suspendu. Le temps naturel libre n’existe plus. L’éphémère ne fait alors plus sens pour nos consciences de Mère. Le premier cri, la magie du peau à peau, les regards, on se découvre, on s’apprivoise, on s’attache. Le moment présent se construit alors autour d’une succession d’instants éphémères et s’entremêle avec les souvenirs du passé, notre enfance, formidable source d’énergie. Ce retour des sensations de l’enfance nous appel à relire notre propre histoire, « se nourrir de son vécu sans avoir peur de s’en servir » comme l’explique la cinéaste Carine Tardieu en parlant de son premier long métrage, La Tête de maman. Un dialogue fluide avec nos souvenirs, rythmé par nos émotions, nos réactions, qui nous invite à imaginer un avenir, sans limites. Tout ce que nous avons pu penser, sentir, partager ou surmonter depuis le premier éveil de notre conscience est toujours là ! 

Où se trouve alors la source de ce bonheur ? Son origine ? Où commence-t-il ? S’arrêtera-t-il ? J’aime croire, que cette étincelle d’Amour, existant dans le cœur de toute Mère, ne cesse de grandir, à chaque respiration, et n’aura que pour seul fin, l’éternité. Car oui, l’effet Mère se transmet de génération en génération pour ne jamais disparaître.

 

Johanna Flores Damar

7 Juin 2020